Assurance habitation et vol sans effraction : comment se faire indeminiser ?

Assurance habitation et vol sans effraction : comment se faire indeminiser ?

Il est délicat de parler d'un vol sans effraction puisque sa garantie implique souvent une démarche plus compliquée. Vous êtes victime d'un vol sans effraction et vous n'avez pas une idée claire de ce qui vous attend auprès de votre assurance pour assurer votre remboursement ? Il n'est pas toujours facile de faire valoir vos intérêts auprès d'une assurance quand vous détenez le minimum de preuves justificatives. Quelles sont les démarches à suivre pour assurer votre remboursement ?

Relire les clauses du contrat

Avant toute réclamation, il est fondamental que vous preniez le temps de lire attentivement votre contrat. Cette démarche vous permet de savoir si vous êtes couvert ou non selon les clauses du contrat des risques d'effraction sans preuves justificatives. Votre assureur a, lors de votre souscription, établi avec vous une liste des garanties de sinistres valables selon vos besoins.

Les termes du contrat varient selon le type de prise en charge. De ce fait, si le contrat a un caractère restrictif qui exclut le remboursement d'un vol sans effraction, votre indemnisation n'est pas possible. Ensuite, il faut identifier, en cas de validité de la garantie du vol sans effraction par l'assurance habitation, si la clause impose une diminution de l'indemnisation. Par ailleurs, si votre assureur n'exclut pas le remboursement d'un cambriolage sans effraction, sachez revendiquer votre droit d'assurance en remplissant les formalités nécessaires.

Rassembler les preuves nécessaires liées au cambriolage sans effraction

Si les critères de garantie d'un vol sans effraction sont présents dans votre contrat, votre indemnisation peut avoir lieu. Toutefois, le remboursement d'un vol sans effraction risque d'être refusé par l'assurance multirisque habitation si vous n'êtes en possession d'aucun justificatif du vol. Un procès-verbal bien rédigé et persuasif incluant l'approbation de la gendarmerie ou du commissariat mais aussi la présence d'un minimum d'indices matériels contribuent à la validation de votre demande de remboursement.

Afin de mener la procédure à bon terme, il est aussi essentiel de faire appel à un expert. Le spécialiste est en mesure de déterminer les circonstances par rapport au vol. Il peut notamment décrire l'état du logement et signaler avec votre confirmation les points de la maison qui ont été touché par l'intrusion. Dans ce cas, toute éventuelle trace d'éraflure ou d'empreinte sera prise en compte et les photographies indiquant les faits jouent un grand rôle dans l'aboutissement de votre démarche.

En outre, il est à noter que le respect des prérequis par rapport à l'assurance habitation est un élément clé qui assure votre indemnisation. Par conséquent, vous ne devez pas faillir à la mise en évidence des antivols formellement requis par votre assureur lors de la signature du contrat et qui sont présents dans votre logement. Il est alors dans votre devoir de certifier la présence des systèmes de sécurité dans votre logement tels qu'une alarme, une caméra de surveillance, un détecteur de mouvements ou toute autre mesure préventive.

Faire parvenir la demande de remboursement à l'assurance

Une fois que vous avez accompli les étapes précédemment mentionnées, il ne vous reste plus qu'à déposer votre demande au niveau de votre assureur dans un délai de deux jours après la survenance de l'incident. Lors de cette modalité, veillez à ce que toutes les pièces justificatives du vol accompagnent votre dossier. Il est possible d'adresser un courrier à l'assurance sans toutefois oublier que cette formalité doit comporter votre numéro de contrat, la date du vol, la description des circonstances liées à l'intrusion et l'évaluation du montant des pertes.

L'accomplissement de toutes ces formalités rendent possible votre indemnisation auprès de la compagnie d'assurance à laquelle vous êtes souscrit en cas de vol sans effraction.

Autres articles

Loi Girardin : quels sont ses avantages et risques industriels ?

La loi Girardin fait partie des dispositifs incitatifs à l'investissement dans les territoires d'outre-mer. Son application encourage l'investissement...

Loi Girardin : comment déclarer ses impots ?

La loi Girardin vise à motiver les contribuables à investir et à pallier les lacunes économiques que connaissent les régions d'outre-mer. C'est...

Assurance habitation location appartement : quelle assurance pour louer votre bien ?

Aucune habitation n'est à l'abri de sinistres éventuels qui peuvent survenir. Pour éviter que l'assurance habitation du locataire ne prenne pas...